Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 mars 2016 4 17 /03 /mars /2016 10:11

16 Mars 2016, par Sylvain HENRY

La ministre de la Fonction publique Annick Girardin annoncera jeudi aux syndicats le montant de la revalorisation des salaires des agents publics - © Jean-Christophe Tardivon/SIPA

Dans un contexte social explosif et à l’approche des échéances électorales à venir, le gouvernement précisera, jeudi 17 mars au matin, le montant de la hausse “significative”de salaire promise aux fonctionnaires. Elle sera équilibrée, fait savoir l’exécutif, par des économies sur la dépense publique.

Cette fois, on y est. La ministre de la Fonction publique, Annick Girardin, rencontrera les organisations syndicales ce jeudi 17 mars au matin pour leur annoncer une augmentation “significative” de leur traitement indiciaire et leur préciser les conditions de cette revalorisation – immédiate ou en plusieurs étapes.

Après six années de gel, le point d’indice sera donc revalorisé, sauf revirement de dernière minute. Enfin ! disent en substance les 9 organisations syndicales représentatives – c’est-à-dire siégeant dans les différentes instances de décision – qui attendent de voir le niveau de cette revalorisation inattendue et qu’elles réclamaient en vain depuis l’alternance de 2012 avant de se prononcer. D’autant plus que le gouvernement a exclu tout “rattrapage”, ainsi qu’elles le demandaient.

“Quand on nous dit 5 %, 6 % ou 8 %, c’est-à-dire de rattraper les six années précédentes, ce n’est pas faisable”, a prévenu le ministre de l’Économie, Emmanuel Macron, le 16 mars. Et d’ajouter : “Le Premier ministre a décidé qu’un geste soit fait après six années de gel. Il a pris cette décision. En même temps, il ne s’agit pas (que cette hausse) atteigne des niveaux déraisonnables.”

Par ailleurs, le financement de la hausse du point, comme celui de la garantie jeune prévue dans le projet de loi sur la réforme du code du travail, “seront pris dans des économies de dépenses dans d’autres secteurs”, a affirmé mercredi le porte-parole du gouvernement, Stéphane Le Foll, sans préciser quelles interventions publiques ni quels fonctionnaires seraient visés.

Pas de “symbolique”

“La revalorisation à venir sera symbolique”, a affirmé pendant plusieurs mois Marylise Lebranchu, la précédente ministre de la Fonction publique. C’est donc celle qui lui a succédé rue de Lille qui obtient une augmentation générale, qui de plus sera, à en croire Manuel Valls, bien davantage que symbolique. Il faut dire que cette revalorisation sera très doublement politique, l’exécutif cherchant d’abord à tout prix à dégonfler la mobilisation grandissante contre le projet de loi “Travail” de la ministre Myriam El Khomri, CGT et FO appelant notamment les agents publics à s’associer à la mobilisation du 31 mars.

Par ailleurs, l’Élysée et Matignon ont bien appréhendé tout le risque qu’il y avait à se mettre à dos un électorat de fonctionnaires a priori plutôt favorable à la gauche. Une étude récente du Cevipof montrait notamment que le vote FN avait supplanté le vote PS dans l’électorat des fonctionnaires lors des récents scrutins. Les syndicats de fonctionnaires restent toutefois mobilisés, mais paraissent divisés quant à l’attitude à suivre. Un appel à la grève et à la manifestation est prévu le 22 mars en cas de désaccord avec le gouvernement sur les revalorisations proposées, mais certaines organisations privilégient le rendez-vous du 31 mars.

Un document préparatoire à la journée du 17 mars, remis par le gouvernement aux syndicats et que s’est procuré Acteurs publics, détaille l’évolution globale des rémunérations dans la fonction publique [cliquez ici pour le consulter]. On observe notamment que le point d’indice a augmenté régulièrement entre 1998 et 2010, de 0,6 à 1,1 % en moyenne chaque année, avant de se figer à 0 % depuis 2010. Si divers mécanismes, tels que la garantie individuelle du pouvoir d’achat (Gipa), ont permis aux salaires des agents publics de ne pas décrocher par rapport à l’inflation, leur rémunérations n’a progressé que de 0,1 % en euros courants – c’est-à-dire hors inflation – en 2012, quand celle des salariés du secteur privé progressait de 0,6 %.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de unsa-territoriaux-mpm.over-blog.fr
  • : Syndicat UNSA des Territoriaux de la Métropole Aix Marseille Provence
  • Contact

Recherche

Archives